16 juin 2016, Intervention de Marion Forest, Colloque de la Maison Archéologie & Ethnologie

13e colloque annuel de la Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie Organisé par Philippe Gervais-Lambony (LAVUE), Frédéric Hurlet (ArScAn) et Isabelle Rivoal (LESC)
> 15-16-17 juin 2016 | Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Salle des Conférences, Bâtiment B.

> Jeudi 16 juin à 15h00 : Marion FOREST, La transition urbaine du centre-ouest Mexicain au XIII e  siècle : entre fondations et refondations.
Résumé : L’urbanisation rapide et massive du Centre-Nord du Michoacán, au Mexique, entre les 13ème et 15ème siècles de notre ère, pose aux archéologues la question du modèle et des enjeux de l’invention de l’urbain dans une région où ce mode de vie était sans précédent. Les travaux de recherche ont porté principalement sur les modalités d’organisation socio-spatiale et la culture matérielle des agglomérations découvertes. Mais les processus de territorialisation et les actions urbanistiques à l’origine de leur mise en place restent encore mal compris. Nous proposons donc d’examiner ici les principes matériels et organisationnels de fondation et peut-être de refondation de ces unités urbaines, en comparant deux cas d’étude.
Au cours du 13ème siècle, le secteur de Zacapu accueille de nouveaux groupes de population, exogènes (mais originaires de régions relativement proches), se groupant très vraisemblablement aux populations locales. Cette nucléation démographique initie une transition urbaine majeure, formalisée par quatre importantes agglomérations, situées à quelques kilomètres les unes des autres, sur les hauteurs d’anciennes coulées de lave volcanique : le Malpaís. Deux cas de figures se présentent. Trois cités apparaissent autour de 1250, établies selon un modèle d’urbanisme homogène, tandis qu’une quatrième possède une histoire plus complexe : celle d’un « vieux » centre politico-religieux mis en place avant la fin du premier millénaire et ayant intégré, au cours du 13ème siècle, de nouvelles formes urbaines.
Nous nous questionnons alors sur les enjeux et les fondements de ces deux modèles d’urbanisation : doit-on considérer uniquement la notion de « fondation » pour caractériser la rapide mise en place de chacune de ces quatre cités du Malpaís, ou peut-on au contraire considérer que ce phénomène de croissance urbaine soit une occasion, ou implique, pour les populations locales et exogènes en présence, de refonder, d’adapter des lieux déjà occupés ? Quelles pouvaient être les conséquences de ces processus distincts de fondation et de refondation urbaine sur les principes d’organisation respectifs de ces quatre communautés ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *